Accueil Galerie Evènements Nouvelle Salle Décorchemont Conches Discours Barlach Heuer Dons

Reportage Salle Décorchemont au Musée du Verre de Conches : Discours Barlach Heuer : Dons au Musée

Le Musée de Conches en Ouche (27190) sous la direction de Monsieur Eric Louet Commissaire d'Exposition vous propose à partir du 24 Juin 2017 une nouvelle " Salle Décorchemont ".

Barlarch a offert à l'issue de la cérémonie quatre nouveaux vases qui viendront enrichir les collections du Musée, un vase décor "Filetés" et un vase décor "capucines" de Charles Schneider, un vase de Pallme Konig et une coupe décor "Silberiris" dans le goût de Loetz.

Voici l'intégralité du discours fait lors de la cérémonie par Barlach Heuer donateur au Musée du Verre de Conches.

Description des quatre vases offerts par Monsieur Barlach Heuer lors de sa remise de médaille de la Ville de Conches ce 24 juin 2017.

Vase de la série " filetés " par Charles Schneider circa 1921

Vase de la série « capucines » décor aux poudres par Charles Schneider circa 1925/1928.
Vase de bohème Glasfabrik Elisabethhütte à col retourné circa 1900/1905.
Coupe en verre irisé dans le goût de Loetz décor « Siberiris » circ&a 1900.

Discours de Monsieur Barlach Heuer dans son intégralité :

"

DISCOURS BARLACH HEUER – CONCHES EN OUCHE LE 24 JUIN 2017

MESDAMES, MESSIEURS - MES CHERS AMIS !

 

Que rajouter ? Mon esprit est troublé, comment accepter cet honneur. J'ai l'impression que l'on parle de quelqu'un d'autre que moi. Reconnaître et faire mon devoir avec bonheur et humilité, sans en attendre aucune contrepartie, signifie à mes yeux préserver et offrir des oeuvres d'art plutôt que de les posséder jalousement. Sans que ce soit un sacrifice, quitter quelque chose ou quelqu'un pour s’en approcher de plus près. Je cite ici Etty Hillesum (assassinée à Auschwitz en 1943) « Et puisque, désormais libre, je ne veux plus rien posséder, désormais, tout m’appartient et ma richesse intérieure est immense. » Bien que ma pudeur d'éternel marginal en souffre un peu, je suis ému, touché et même fier de cette reconnaissance dont je tâcherai d'être digne.

Je souhaiterai partager cette médaille avec Laurence et Jean Pierre Serre, pour leur dire merci, de tout mon coeur, de leur long et fidèle attachement. Ils m'ont toujours soutenu, compris et accepté, même lorsque mes élans étaient freinés ou anéantis par de cruels abandons, lorsque j'étais trop souvent égaré ou gagné par le désespoir.
Dans une confiance commune notre amitié s'est développée, reflet profond de notre enthousiasme pour l'Art Nouveau et l'Art Déco et pour tous les projets auxquels nous avons participé dans une association passionnée et passionnante autour de l'art et pour sa défense. Thomas d'Aquin a dit : « la Beauté est l’éclat de la Vérité ». Le processus de création a ses exigences pour le créateur comme pour l'amateur, il demande une honnêteté inconditionnelle.
Sur notre chemin subjectif, vers l'absolu objectif, nous sommes simultanément acteur et témoin, avançant dans une communication cosmique, là ou commence l'inconnu et où l'imaginaire ne perd rien de sa réalité parce qu’il semble improuvable.
-
Un germe s'éveille à la vie, sans que personne ne puisse l'influencer ou le forcer, se réalisant en nous comme un rendez-vous. Rien n'est le fruit du hasard dans ce monde et nous en sommes les premiers surpris. La force spirituelle et la beauté qui empoignent l'âme au-delà de la raison, me font dire que l'art exerce sur nous une influence mystique si forte que cela ne peut pas être quelque chose de superflu.
La beauté comme une évidence, comme une nécessité de la vie. Comment parfois ne pas contester que – La Vie est Belle – le bonheur est fragile, aucune société ne peut vivre sans valeurs morales, sans rêves sans promesses d'avenir….
Rester à l'écoute, aller à la rencontre, confirmer ce que nous portons déjà en nous, prêt à être initié. Pour moi , mes intuitions sont plus importantes qu'une objectivation, et dans mon univers, plus juste.
Notre éducation cartésienne nous éloigne de l’essentiel : être formé, implique le risque d’être déformé !
Si seul la valeur matérielle d'une oeuvre d'art vous éblouie, tout est raté. Celle-ci n'est valable que selon le marché, le mercantilisme, les modes et la spéculation. Jugez avec votre âme, votre esprit et votre coeur de la magnificence d'une oeuvre. Un vase comme la concrétisation d'un équilibre précaire, d'un dialogue entre le vide et plein. Forme et contre forme, aura du contour, constituent un ensemble à la signification universelle.
Ne vous êtes vous jamais senti appelé par la lumière d'un soleil levant,par le son vibrant des cloches, par un arbre et le voir comme une création divine à la splendeur mélodieuse, frémissante? Touchez le, faites corps à corps avec lui, caressez le. Laissez vous happer par cette magie.
Une oeuvre d'art est vivante, elle nous parle. A nous de découvrir le message qui nous a été adressé.
Nous ne sommes pas là pour la posséder mais pour la protéger et l'exposer où elle peut rayonner en pensant aux générations futures, sinon elle n’est qu’un otage. Vous souvenez-vous de l’exposition itinérante « La Manufacture Schneider » qui a eu lieu ici en septembre 2012 ? Après avoir été présenté dans huit Musées en Europe, elle s’est achevée au Musée Mendjisky à Paris l’an dernier.
-
Avec Laurence et Jean Pierre Serre, nous aurions souhaité que le noyau de cet ensemble que nous avions constitué soit préservé ici à Conches.
J’espère que mes cohéritiers soutiendrons ce projet. Cette donation sera faite sans restriction, laissant toute liberté à la direction du Musée de décider en lieu et temps utile de ce qui sera exposé ou gardé en réserve.
Nous savons que nous ne pouvons pas emporter les choses que nous aimons, tout est éphémère et nous espérons assuré ainsi un minimum de survie à notre collection en tant que patrimoine et continuer le dialogue avec d’autres amateurs.
Ma ville natale n'a pas jugé utile de me reconnaître alors que, pour la troisième fois, mon pays d'adoption m'honore, chaque fois j'ai cru à un poisson d'avril.
La première fois, contre toute attente, j'ai été récompensé du Grand Prix de Peinture du festival d'art de Fécamp en 1959, avec une oeuvre graphique en noir et blanc…. Quel encouragement pour le jeune artiste que j’étais.
La deuxième fois, en 2013, j'ai été fait Chevalier de l'ordre des Arts et Lettres au Sénat.
Aujourd'hui, la médaille de la ville de Conches – MERCI!
Je suis né en 1930 en Allemagne dans le «Schleswig-Holstein», mais
je me suis peu à peu enraciné spirituellement à Conches.
Depuis ma petite enfance, je vis effrayé dans un monde crépusculaire, où une minorité d'homme font des profits et où d'autres, plus nombreux, souffrent, submergés par l'horreur ordinaire, l'injustice, la violence, le mal incarné, avec pour réponse, entre autre «les attentats». L’apocalyspe estelle une constante de l’univers? Appartient-elle à son équilibre?
L'Europe et notre civilisation sont déstabilisées, déchiquetées. Il est intolérable de dire : «ça a toujours été comme ça, voir pire ». Surmontons nos angoisses existentielles, ayons le courage de dire halte, inventons autre chose, soyons positif, agissons !
Nous ne pouvons ignorer que dans le monde dans lequel nous vivons, il y a trop d'argent, trop de nourriture, trop d'abondance, trop de lois contraignantes, trop d'armes……… trop de Musées !
-
Dans l'impasse où nous sommes il faudrait être clairvoyant et tout recommencer à zéro.Soyez conscient qu'ici à Conches tout est différent.
Devant l'ampleur de la crise mondiale, le nouveau Musée devient un impératif et sera un havre de paix dans la tempête. Bien au delà des frontières Conches fera partie des incontournables de la culture mondiale, sublime message de vie et symbole de liberté. Que ce projet soit béni.
Je suis tombé récemment sur un écrit d’un auteur anti-nazi ; Ernst Toller : « Wer in solcher Zeit Schweigt, verrät seine menschliche Sendung » - Qui ne dit mot consent…
Merci aux responsables qui m'ont permis de participer avec eux à ce fabuleux projet qui prend forme sous nos yeux. Grâce au dialogue qui s’est instauré entre nous, j’ai l’espérance de voir mes rêves se réaliser.
Laissez moi vous confier ce qui me tient à coeur : Conches est devenu un fantasme, la création du nouveau Musée du Verre ne me quitte plus. Même si je ne le vois jamais, je suis obsédé par quelque choses qui n’existe pas encore et j’imagine sans peine sa réalisation. Je rêve et, habité, possédé par un processus sans fin, je me promène dans le futur Musée planté là dans ce paysage bucolique.
Grâce à ce trio d'hommes exemplaires, conscients de leur mission, déterminés, intègres et liés par une complicité qui leur permet d'affronter les pires difficultés, se donnant corps et âme, visant juste et allant à l'essentiel – Bravo ! -
Les responsables de ce grandiose projet ne peuvent pas réussir seuls, il ne suffit pas de vouloir et d’espérer, de confier les différentes tâches à des spécialistes, chacun doit mettre la mains à la pâte selon ses possibilités.
Quel message transmettre au monde? Quelle est notre mission?
Pour bâtir une cathédrale de l’avenir il faut la volonté de tout un peuple.
L’ancienne Abbaye deviendra un temple de la culture, une réponse.
Etty Hillesum a dit: « Dans ce monde saccagé, les chemins les plus courts d’un être à l’autre sont les chemins intérieurs. »
Mon estime pour votre Maire, Monsieur Alfred Recours, me laisse muet d'admiration.
-
Que dire de l'incomparable vitalité et fraîcheur des discours de votre attaché culturel Monsieur Christian Gobert, loin de tout compromis, il ose dire tout haut ce que nous n'oserions même pas penser.
James Joyce disait : « On n'a pas besoin de la bêtise, elle pousse toute seule ».
J'admire également le travail exemplaire de Monsieur Eric Louet, directeur du Musée, qui avec l'aide efficace de ses collaborateurs, fait face à ses multiples responsabilités et réalise avec un professionnalisme et une minutie rare, la conception, les scénographies, les catalogues, la logistique, etc, etc….
C'est toujours avec beaucoup d'émotion que je découvre les nouvelles expositions, je n'ose imaginer ce que ce sera dans le nouveau Musée.
Merci à tous ceux qui sont venus, parfois de très loin pour partager avec moi mon engouement pour Conches.
Merci aux heureuses circonstances, qui en 1969, nous ont permis, à ma femme Laurence et moi, de découvrir Conches à travers François
Décorchemont. Une amitié qui n'a cesser de grandir au fil du temps entre sa famille et nous. Nous lui avons acheté des pâtes de verre pour notre collection et pour le Kunst Palast de Düsseldorf etc, etc…..
Un jour j'ai eu l'audace de vaincre ma timidité pour proposer l'impensable au grand maître verrier : réaliser des vitraux d'après mes tableaux. Sur sept réalisés, deux sont revenus à Conches.
Je remercie mon Père qui s'est révolté contre ce qui se tramait autour de nous, avant et après la guerre. Pour ses élèves, comme pour mes deux frères, son éducation nous a guidés toute notre vie. Son immense culture, son courage, la passion avec laquelle il a défendu l’Expressionnisme Allemand, baptisé « Art Dégénéré » par les nazis, en collectionnant et protégeant une partie de l’oeuvre de Nolde, prenant tous les risques face à la dictature, force le respect. Que je sois encore de ce monde tient du miracle.
Comme lui je suis un collectionneur passionné, passionné pour la défense de mes amours contre tous les dangers. Le déclic à été l’exposition « Les Sources du XX° siècle » au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris en 1960. Le mépris et l’incompréhension, trop souvent portés aux oeuvres Art Nouveau qui étaient sacrées à mes yeux, m’ont scandalisé.
-
D’innombrables pièces sont passées entre mes mains, sans que je puisse les garder, mais elles ont laissé en moi une marque inaltérable.
Une infime part a abouti ici. Le reste a servi a assurer le quotidien, et a gâter mes enfants et petits enfants. Mes faibles possibilités financières m’ont permis avec plus ou moins de talent de contribuer à la réévaluation de l’Art Nouveau et de l’Art Déco, sans limitation dans le temps. (Je suis tourmenté par la fait que la salle consacrée à l’Art Nouveau au Musée des Arts Décoratifs de Paris soit toujours fermée).
Aujourd’hui nous avons apporté quatre pièces récemment acquises en espérant que vous allez également les apprécier ; observez les avec attention et laissez vous séduire !
Merci pour l'amical soutient d'Elsa Mionet qui conclura en musique cet instant particulier.

Merci de m’avoir suivi jusqu’ici.

Barlach Heuer, 24 Juin 2017.

"

Exposition " Nouvelle Salle Décorchemont " Conches en Ouche 2017
Musée du Verre de Conches
Route de Sainte Marguerite
27190 Conches France

Horaires d'Ouverture du Musée:
Mars à Novembre :
Du Mercredi au Dimanche
14H à 18H

Fermé les jours fériés sauf le 14 Juillet

Téléphones : (00 33) - (0)232309041 Télécopie / Fax : (00 33) - (0)232300362

Site Internet du Musée du Verre de Conches : http://www.museeduverre.fr

 

Les documents ainsi que les contenus des éléments présentés sont entièrement la propriété intellectuelle de leur rédacteurs respectifs.

Le Site chosesetautres-choses.fr fournit ces informations uniquement à titre culturel et informatif.

 

La galerie Choses et Autres Choses vous accueille au sein du Marché Biron Stand 15 - Allée 1

Pour nous contacter par Email et obtenir plus d'informations, un simple clic sur " Module Contact "

chosesetautres-choses.fr utilise la technologie Digimarc® pour identifier et protéger ses créations photographiques.

Menu Principal

Social Feeds

FacebookTwitterRSS Feed

Qui est en Ligne ?

Nous avons 10 invités en ligne